Gouttes de la nuit

 


A l'heure où le silence

panse les plaies du jour 

à l'heure où dans les rues

la nuit passe pieds nus

comme à pas de velours 

 

à l'heure où les humains 

dorment comme un seul homme

du sommeil de l'enfant :

quelle infinie douceur 

c'est Dieu dans Sa fleur !


Nuit, plus claire que le jour

où l'âme de l'amour est nue 

et mon âme l'a vue !

Ouvre-moi, mon amie

j'ai froid je suis transi

des gouttes de la nuit !

Le bruit s'est endormi

la pierre ose le cri 

le cri de la prière

avec chaque gouttière

et chaque pâle étoile

 

l'humain ose son âme

une fragile flamme

et Dieu dedans la nuit

ose ses premiers pas 

vers toi et moi.