Copyright © marinapoydenot.net 

Tous droits réservés

D'une photo prise à Idleb, Syrie

 

 

Tendre, pailletée-printanière, incompréhensible lumière

baignant l'attentat.

Des gravats blancs - pain dur, émietté

sur trois corps d'oisillons humains.

 

L'accent d'un olivier, question calcinée.

 

De deux choses l'une, mon cœur

 

ou tu maudis la douceur du ciel, ce poème, ta propre vie

 

ou il y a dans la lumière

des mains transpercées, tellement

qu'elles étreignent en pleurant, d'un toucher transparent

la noirceur et le bleu, l'ami et l'ennemi.

Art poétique

 

"Le soleil d'ici ne réchauffe pas

il a la jaunisse"

a dit l'homme (algérien, tunisien ?)

dans le bar un matin d'hiver

 

et rompant le fil indistinct des voix

les mots sont apparus

comme un banc de poissons muets

noms dorés, verbes violets

 

de la lumière qui souriait

 

un vrai soleil d'Alger.

Siméon

 

Avec les années, son sommeil est plus fin

qu’une feuille de papier.

Il devine, à travers la trame

une note argentée, qui devient la voilure

venteuse de la pluie, devient le ciel gris

de mars, au matin.

 

Presque plus d'épaisseur entre lui 

et le monde. Il a vu si souvent

au printemps les pivoines trembler sur leurs tiges

qu'elles sont ses propres os

dont la corolle pousse, invisiblement

dans le monde à venir.

 

Et voici la pluie qui bat

comme le cœur d’un nouveau-né.

Vite, il faut sortir, suivre l'exil des gouttes

vers le lieu où Dieu se fait pluie

mais chacun de ses pas lui pèse une âme d'homme

le poids d'un âne mort.

Concert de piano

                                     à Jean-Claude Pennetier,  jouant Fauré

 

J'écoute un vent miraculeux

coudre d'anciennes rues, des murs

dont la couleur me dit mon pays natal

inconnu

 

et me voici cousue au silence

de la salle, cœur nu sans aucune patrie

que l'écoute

 

d'un pianiste lui-même écoutant la musique

avec ses doigts.

Quelque part un grand être, lumière et larmes

entend notre vie, la vit avec nous.

    Ciel de fin février

 

    Laisse la question
    te répondre
    à sa manière de ciel
    quand vient le soir :
    regard qui insiste
    vers ton cœur.

        

 

        Le commencement est plus fort…

                                        

        ''Le commencement est plus fort que la fin''

        murmure tout poème

        dans sa brièveté immense

        fenêtre illuminante.

      

        Quelques jours avant de mourir, mon père

        m’offrit le poème de ses yeux 

        de sa main, cela seul

        qui serait plus fort que sa mort.

        Portes

 

        Tant de portes poussées

        maisons, écoles

        salles des pas perdus

        pauvres places

        traversées, passées

 

        jusqu’à cette porte en ton corps

        couchée 

        

        et peut-être quelqu’un 

        te tiendra la main  

        pour tourner la dernière 

        poignée.

Reproche venu du ciel

 

Dans le hall écaillé, la communauté

s'est réunie pour écouter

une parole de chacun.

Or tandis qu'ils parlaient, la pluie

- plus de gouttes qu'il n'y aura jamais de frères -

s'est abattue sur la verrière.

Comme il pleuvait dru dans les mots !

Qui donc es-tu

pour couper la parole à la pluie ?

        Fin de la pluie

                                                  Isaïe 40,15

        À la fin de la pluie les gouttes

        chantonnent pour elles-mêmes, jettent

        des étoiles dans les flaques.

                        

        Leur musique d’argent, c’est le cœur

        à pas de moineau sur l’eau.

        C’est le monde

        comme la goutte au bord d’un seau

 

        tant le seau du ciel est sans fond

        et la source infinie.

        J’ai rêvé d’une lumière…

        J’ai rêvé d’une lumière

        bras de ciel entre deux immeubles.

        Elle avait le bleu dépouillé d’octobre    

        avec une joie rouge, un acajou secret.

        Elle avait, cette lumière

        de l’été dans l’hiver.

 

        En elle je partais, en elle j’arrivais.

        Elle était maison et chemin.

        Tu étais là, bleu-proche

        le lointain brûlait entre nous

        sans faire mal.

        Jésus

        Tu as toujours été une nuit parmi nous

        pour cette étoile du berger

        que nous surprenons, innocente

        en nous-mêmes

 

        et pour l’obscurité limpide

        où chacun apparaît

        

        tandis que dans le noir, toi

        tu te laisses oublier !

Commencements qui n'ont pas de fin

 

Toujours un peu au bord de l'extinction

drôle de poète

aux ongles rongés !

Mais c'est cela qui est beau :

que les yeux brûlants qui l'aiment

en silence depuis l'enfance, continuent

de chercher son regard.

  

        Le bruit de la pluie…        

 

        Le bruit de la pluie

        la nuit sur le toit, pourquoi

        n’est-ce pas du bruit ?

 

        C’est plutôt du silence

        qui ruisselle

        sur le silence des tuiles

        

        et ainsi, bien que seul    

        tu n’es pas seul.            

        L’enfant sage

        À l’orée d’or des nuits

        certains ciels d’un certain bleu

        sont entrés en moi

 

        et ont grandi, grandi

 

        si bien que je n’ai pas besoin de vieillir

        pour comprendre la mort.

        Août

        Le soir a laissé la lumière allumée

        comme s'il attendait quelqu'un.

        Sa maison est sans murs, d'une seule fenêtre

        doucement éclairée.

 

        Le long des talus endormis

        l'œil de cyclope des éoliennes 

        scintille, sans regard.