Cantique des cantiques

de Salomon

   

PROLOGUE (Ct 1-2,7) = 7 petits tableaux

      Elle                     Un baiser 

                des baisers de sa bouche 

               

                c’est bon tes tendresses 

                meilleur que le vin

                c’est bon tes parfums

       je les respire.

                Une onction se répand :

                ton nom.

 

                Oui, les jeunes filles t’aiment.

                Attire-moi, courons à toi !

                Le roi me fait entrer dans sa chambre

                réjouissons-nous, joie par toi.

                La mémoire de tes tendresses

                est plus savoureuse que le vin. 

                Comme on a raison de t’aimer !

 

                             

    

                Je suis sombre splendide

       filles de Jérusalem 

                comme tentes de Qédar

                tentures de Salomon.

                Ne me voyez pas si sombre : 

                le soleil m’a regardée.

                Les fils de ma mère ont brûlé de colère

                ils m’ont mise à garder les vignes. 

                La vigne que je suis

                je ne l’ai pas gardée.

 

                            

                

                Mon amour 

                raconte-moi où tu es berger

                où tu fais paître ton troupeau, à midi ?

                Devrais-je me voiler comme une femme perdue

                près des troupeaux de tes amis ?

 

Bergers            Si tu ne le sais pas

                toi la plus belle des femmes,

                vas-y, sors

                sur les traces du troupeau

                sois bergère de tes petites chèvres

                près des demeures des bergers !...

    

Lui                   A ma jument dans l’équipage de pharaon

      je te compare, ma compagne.

      Tes joues sont splendides entre les colliers

      et ton cou entre les perles.

      Nous te ferons des colliers d’or

      avec des pointes d’argent.

                      

Elle                   Le roi est au milieu de sa cour.

       Mon parfum de nard embaume.

       Celui que je chéris est un bouquet de myrrhe

       passant la nuit entre mes seins

       celui que je chéris est une grappe de henné

       dans les vignes, à Ein- Guedi.

                      

Lui                Te voilà si belle, ma compagne

                     te voilà, tu es si belle !

                    Tes yeux, des colombes !

Elle               Te voilà si beau, toi qui m’est cher

                         si gracieux

                         notre couche est toute de verdure

                         les poutres de notre maison, des cèdres

                         nos boiseries, des cyprès.

                         Je suis la rose de Sharon

                         le coquelicot des vallées.

Lui                    Un coquelicot entre les buissons d’épines

                     ainsi es-tu ma compagne entre les filles.

Elle                Un pommier parmi les arbres de la forêt

                                                                      ainsi es-tu mon amour parmi les garçons.

                                                                      J’ai désiré ton ombre et je m’y suis assise. 

                                                                      Ton fruit est doux à mon palais.

 

 

 

                                                                      Il m’a fait entrer dans la maison du vin

       et son drapeau est au-dessus de moi :

       Amour !

       Donnez-moi des pommes et du raisin

       car je suis blessée

       d’Amour.

       Sa main gauche est sous ma tête

       sa droite m’enlace.

      Je vous en prie, filles de Jérusalem

      par les gazelles, par les biches des champs

      n’éveillez pas, ne réveillez pas l’Amour

      avant le temps de son désir.

 

 

 

   PARTIE 1 (Ct 2,8-5,1) = Passion 1er élan

Elle                    Une voix, c’est mon amour

                           c’est lui, il vient

bond sur les montagnes

saut sur les collines.

Mon amour devient gazelle

ou encore faon des biches

Il est là, debout, derrière notre mur 

regardant par les fenêtres

guettant par les treillis

Mon amour prend la parole, il me dit :

''Les figues fleurs embaument

les bourgeons de vignes donnent leur senteur.

Lève-toi, ma compagne, ma belle, et viens !

Ma colombe, entre les failles du rocher

cachée dans les falaises

fais-moi voir ton visage

fais-moi entendre ta voix

car ta voix est suave

et ton visage me plaît.''

Attrapez-nous ces petits renards

petits renards qui dévastent les vignes

nos vignes en bourgeons !

Mon amour est à moi

et moi je suis à lui

lui, berger parmi les coquelicots

 

Avant le souffle du jour

avant que ne fuient les ombres

reviens, mon amour

et deviens gazelle

ou encore faon des biches

au-dessus des montagnes

de l’Alliance !

 

 

 

 

Sur mon lit, au long des nuits 

j’ai cherché l’aimé de mon âme.

Je le cherche, ne le trouve pas.

 

Je vais me lever, faire le tour de la ville

à travers les rues, à travers les places

je vais chercher l’aimé de mon âme

je le cherche, ne le trouve pas.

 

Ce sont les gardes qui me trouvent

eux qui font le tour de la ville :

''Avez-vous vu l’aimé de mon âme ?''

A peine je les dépasse

que je trouve l’aimé de mon âme

je l’ai saisi, je ne le laisserai pas

Jusqu’à ce que je l’aie fait entrer

dans la maison de ma mère

dans la chambre de celle qui m'a conçue.

Je vous en prie, filles de Jérusalem

         par les gazelles, par les biches des champs

         n’éveillez pas, ne réveillez pas l’Amour

         avant le temps de son désir.

Chœur                    Qui est celle qui monte du désert

comme colonnes de fumée 

brûlante de myrrhe, d’encens

de tous les aromates venus des caravanes ?

 

Voici le palanquin de Salomon :

soixante braves l’entourent

parmi les braves d’Israël

tous avec une épée

exercés au combat

chacun, l’épée au côté

en vue des dangers de la nuit.

Le roi Salomon s’est fait un char

en bois du Liban

colonnes d’argent

dais en or

sièges de pourpre

intérieur orné avec

Amour

celui des filles de Jérusalem.

Sortez filles de Sion

regardez le roi Salomon

avec sa couronne

la couronne que posa sa mère

le jour de son mariage

le jour de la joie de son cœur !

               

 

Lui                 Te voilà si belle ma compagne

te voilà, tu es si belle

à travers ton voile.

Tes yeux, des colombes !

 

Tes cheveux, un troupeau de chèvres noires

dévalant le Mont Galaad.

 

Tes dents, un troupeau tout blanc

remontant du bain

chacune porte des jumeaux

nulle n’en est endeuillée.

 

Tes lèvres, un fil d’écarlate.

Tes paroles, elles me ravissent !

 

Ta joue, une moitié de grenade

à travers ton voile. 

 

Ton cou est comme la tour de David

bâtie pour des trophées.

Mille boucliers y sont suspendus

tous les écus des braves.

 

Tes seins sont comme deux faons 

jumeaux d’une gazelle

au milieu des coquelicots.

 

Avant le souffle du jour

avant que ne fuient les ombres

j’irai vers la montagne de myrrhe

et la colline d’encens.

                °

Tu es toute belle ma compagne

toi, sans défaut.

Viens du Liban avec moi, fiancée

allez, viens du Liban !

Tu te réjouiras de la vue, en haut de l’Amana

depuis la cime du Senir et de l’Hermon

depuis les repaires des lions

et les montagnes de léopards.

 

Tu m’as touché le cœur, ma sœur, fiancée

d’un seul de tes regards

d’une boucle de tes colliers

tu m’as touché le cœur !

 

C’est beau tes tendresses, ma sœur, fiancée !

Tes tendresses, que c’est bon

meilleur que le vin

et tes parfums, je les respire

meilleurs que tous les baumes.

Du miel ruisselle de tes lèvres ma fiancée

du miel et du lait sous ta langue.

 

La senteur de tes vêtements

c’est la senteur du Liban

 

    °

 

Jardin fermé, ma sœur, fiancée

source fermée à clé 

fontaine scellée.

 

Un paradis de grenades jaillit de toi

merveille de fruits !

hennés, nards

nard et safran

cannelle et cinnamome

et tous les arbres à encens

myrrhe et Aloès

et tous les baumes les plus fins

 

fontaine des jardins

puits d’eau vivante

torrent du Liban...

       

 

Elle                     Éveille-toi vent du Nord

et viens vent du Sud

souffle sur mon jardin

que ses baumes s'épanchent !

Il vient dans son jardin, mon amour

il mange un fruit merveilleux.

Lui                  Je suis venu dans mon jardin, ma sœur, fiancée

j’ai recueilli ma myrrhe et mon baume

j’ai mangé mon miel et mon rayon

j’ai bu mon vin et mon lait.

Elle et lui          Mangez mes amis

buvez jusqu’à l’ivresse

vous m’êtes si chers !

 

 

 

   PARTIE 2 (Ct 5,2 - 8,4) = Passion jusqu'à l'extrême

Elle                     Moi endormie

mon cœur éveillé

voix de mon amour

il frappe :

 

''Ouvre-moi ma sœur mon amie

ma colombe, ma parfaite

vite, ma tête est couverte de rosée

mes boucles, gouttes de nuit !''

J’ai enlevé ma tunique 

comment ? La remettre ?

J’ai lavé mes pieds...

Je vais les salir !

 

Mon amour tend sa main vers l’ouverture

dedans

je frémis à cause de lui.

 

Moi je me lève pour ouvrir à mon amour

la myrrhe coule de mes mains

la myrrhe de mes doigts dans la serrure

j’ouvre à mon amour

mais mon amour est parti 

il a traversé

 

mon âme a défailli en moi !

                °

Je le cherche, ne le trouve pas

je l’appelle, il ne me répond pas

ce sont les gardes qui me trouvent

eux qui font le tour de la ville

ils me frappent

ils me blessent

ils enlèvent mon voile, les gardes du rempart !

Je vous en prie, filles de Jérusalem 

si vous trouvez mon amour, que lui direz-vous ?

Que je suis blessée d’amour !

        

Filles de Jérusalem              Qu’est-ce que ton amour a de plus que les autres

toi la plus belle des femmes ?

Mais qu’a ton amour a de plus que les autres

pour nous prier ainsi ?

Elle                                       Mon amour est éclatant et vermeil, lumière et terre 

remarquable entre dix mille.

 

Sa tête est en or, en or fin.

Ses boucles flottantes

noir corbeau.

 

Ses yeux, presque des colombes

près des courants d’eau

baignant dans le lait

posées dans l’abondance.

Ses joues, des lits d’aromates

des tours parfumées

 

ses lèvres, coquelicots ruisselants

la myrrhe s’écoule.

Ses mains, des anneaux d’or sertis d’émeraude

 

son ventre, bloc d’ivoire

couvert de saphirs

 

ses jambes, colonnes d’albâtre

fondées sur socles d’or

 

son visage, semblable au Liban

élu comme les cèdres

 

ses paroles sont douces

tout en lui est précieux.

Celui-là, c’est mon amour

celui-là, c’est mon ami, filles de Jérusalem !

Mon bien-aimé est descendu dans son jardin

dans les lits d’aromates.

Berger des jardins

il cueille les coquelicots.

Mon amour est à moi

et moi je suis à Lui

lui, berger des coquelicots.

1. rencontre matinale

2. Quête nocturne

Lui                         Tu es belle mon amie, comme Tirtsa 

jolie, comme Jérusalem

terrible, comme des drapeaux en bataille !

Non, ne me regarde plus

tes yeux me troublent !

Tes cheveux, un troupeau de chèvres noires

dévalant le Galaad

 

tes dents, un troupeau de brebis

remontant du bain

chacune porte des jumeaux

nulle n’en n’est endeuillée

 

ta joue, une moitié de grenade

à travers ton voile.

Il y a 60 reines 80 concubines

d’innombrables jeunes filles :

ma colombe est unique

parfaite pour moi

unique pour sa mère

elle brille pour celle qui l’a enfantée.

Les jeunes filles la voient, la déclarent bienheureuse

Les reines, les concubines, font son éloge.

Chœur                        Qui est celle-là qui point comme l’aurore ?

Belle, blanche comme la lune ?

Elle brille comme le soleil au zénith

terrible comme drapeaux en bataille ?

Lui                         Je suis descendu

au jardin des noyers

pour voir les jeunes pousses, près du torrent

pour voir si la vigne avance :

grenadiers

déjà en fleurs !

 

Elle                              Je ne savais plus j'étais

J’étais comme emportée

sur les chars d’Aminadiv !

Chœur                         Reviens, reviens la Shulamite !

Reviens, que nous te regardions :

Lui                         Que tes pieds sont beaux dans tes sandales, fille noble !

 

La rondeur de tes hanches

colliers faits par les mains d’un artiste.

 

Ton nombril, une coupe arrondie

où le vin sucré ne manque pas.

 

Ton ventre, un amas de froment

entouré de coquelicots.

 

Tes seins sont comme deux faons

jumeaux d’une gazelle.

 

Ton cou, une tour d’ivoire

tes yeux, les bassins de Heshbôn

près de la porte de Bat Rabim !

 

Ton nez, comme la tour du Liban

surveillant Damas.

 

Ta tête est sur toi comme le Carmel

Tes tresses sont de la pourpre

un roi est prisonnier de tes boucles !

Tu es si belle, si gracieuse

Amour, délices !

 

Cette taille-là ressemble à un palmier

tes seins à des grappes.

J’ai dit : je monte dans un palmier

J’attrape ses fruits.

Et voici donc tes seins comme des grappes de vignes

Le parfum de ton souffle, comme des pommes

ton palais un bon vin...

 

 

Elle                               ...un bon vin qui va droit à mon amour

coulant sur les lèvres des endormis !

 

Je suis à mon amour

et vers moi son désir.

Viens mon amour, sortons dans les champs !

Nous passerons la nuit dans les villages

nous nous lèverons très tôt pour les vignes

nous irons voir si la vigne pousse

si ses bourgeons s’ouvrent

si les grenadiers sont en fleurs.

Je donnerai mon amour pour toi

Je te donnerai mon amour, pour toi

Je me donnerai, mon amour,

pour toi.

Les pommes d’amour donnent leur parfum

près de l’ouverture

les fruits de choix, tout le meilleur

les nouveaux comme les anciens 

je les ai cachés pour toi, mon amour.

Qui te donnera à moi comme un frère

nourri au sein de ma mère ?

J’irais te trouver dehors

je t’embrasserais

et je ne serais pas méprisée.

Je t’emmènerais

je te ferais entrer dans la maison de ma mère

tu m’instruirais

je te ferais boire du vin d’épices

Vin doux de ma grenade !

 

Sa main gauche est sous ma tête

sa droite m’enlace.

3. Rêve : noces

    de Salomon

1. Quête nocturne

2. L'union dans

    la séparation

   

3. La bien-aimée prend           à son tour une initiative

Je vous en prie, filles de Jérusalem...
Quoi, éveiller, réveiller l’Amour

avant le temps de son désir ?

EPILOGUE (Ct 8,5-14) = 4 petits dialogues

Chœur                         Qui est celle qui monte du désert

appuyée sur son amour ?

 

Elle                              Sous le pommier je t’ai réveillé

là où ta mère t’a mis au monde

 là où t’as mis au monde celle qui t’enfanta.

Pose-moi comme un sceau sur ton cœur

comme un sceau sur ton bras

car Amour est fort comme mort

passion, dure comme Sheol.

Ses flèches sont des flèches de feu

une flamme de Dieu.

Les grandes eaux ne pourront éteindre l’amour

ni les fleuves le submerger

Qui donnerait sa maison entière pour l’amour

on le mépriserait

on le mépriserait.

Chœur                         Nous avons une petite sœur

qui n’a pas encore de seins.

Qu’allons-nous faire de notre sœur

le jour où on parlera d’elle ?

Si c’est une muraille, nous lui construirons des créneaux d’argent

si c’est une porte, nous la barricaderons

avec une planche de cèdre.

Elle                              Je suis une muraille

mes seins sont comme des tours

Ainsi j’ai été à ses yeux

comme celle qui a trouvé la paix.

Chœur                        Salomon avait une vigne à Baal-Hamon (Époux de multitudes)

il a donné la vigne aux gardiens :

son fruit rapportera bien mille pièces d’argent...

Elle                              Ma vigne à moi, elle est là, devant moi.

Les mille pour toi, Salomon

et deux cents pour les gardiens de son fruit !

 

Lui                         Toi qui habite les jardins

tes fidèles sont attentifs à ta voix :

fais-la moi entendre

Elle                              Fuis, mon amour

et deviens gazelle

ou encore faon des biches

au-dessus des montagnes

embaumées !